#Bureaux en régions : centre ville ou périphérie ?


Extrait de l'article de Elisabeth Lelogeais - 14 Octobre 2019


Le #marchédesbureaux en régions explose, tiré toujours par les grandes métropoles. Mais entre les #quartiersdaffaires périphériques ou ceux de centre-ville, le choix n’est pas automatique. Question d’habitudes locales, d’offres, de montants des loyers.

#Lyon affiche un fort dynamisme dans son centre. #LatourToLyon va se louer à prix fort. © Dominique Perrault Architecte

900 000 m² de bureaux placés : un marché porteur, mais hétérogène

Une étude réalisée par BNP Paribas Real Estate révèle qu’au premier semestre 2019, le marché des bureaux en province enregistre une hausse de plus de 10 % sur 17 villes étudiées plaçant à 900 000 m² les bureaux commercialisés, une progression de plus de 60 % sur ces cinq dernières années. Un résultat qui est dû à l’explosion des transactions supérieures à 10 000 m². Mais le #marchérégional ne peut être homogène de par l’ampleur et la diversité des marchés. Lyon,(223 000 m²), Lille,(148 000 m²), Bordeaux,(94 000 m²), et Montpellier,(66 000 m²), sont sur le haut du podium devant #AixMarseille,(63 000 m²) et #Nantes,(62 000 m²). Pour les marchés inférieurs à 50 000 m², si #Dijon et #Nancy s’en sortent bien, les autres comme #Tours ou #Rouen sont en baisse. Mais ils ont un point commun : un fort retrait des transactions dans le neuf.

BON À SAVOIR

A l’échelle internationale, Lyon et Lille confirment leur présence dans le #Top20desmétropoleseuropéennes

Quartiers d’affaires : centre ou périphérie des villes

Toutefois, malgré le dynamisme des quartiers d’affaires en périphérie, selon le Conseil en immobilier d’entreprise, la demande en centre-ville est en hausse. Une progression qui se justifie par le développement de quartiers d’affaires en centre-ville comme #Euronantes à Nantes ou #Euroatlantique à Bordeaux. Toutefois si plus d’un utilisateur sur deux souhaite aller en centre-ville, il y a un écart entre les intentions et la réalité A titre d’exemples, moins de 30 % de la demande exprimée souhaite s’implanter en centre-ville de #Toulouse, historiquement un marché de périphérie. Sur #Bordeaux, le centre- ville est largement plébiscité.

Des loyers « prime » des bureaux à la hausse

Les métropoles régionales rivalisent dans les nouvelles tours de bureaux, occasionnant #desloyersprime en hausse. Dans la future skyline de Lyon Part Dieu, après le Crayon, Incity, Oxygène… ce sera « To Lyon », construite par Vinci, avec l’architecte Dominique Perrault, qui viendra s’imposer en 2023. Les loyers oscilleraient entre 325 et 350 €/m²/an. #Marseille, au marché de bureaux beaucoup plus étroit que celui de Lyon, compte, elle aussi sa #skyline avec la tour réalisée par Zahah Hadid voici une dizaine d’années et celle beaucoup plus récente de la « #Marseillaise » avec l’architecte Jean Nouvel où les loyers « prime » tournent autour de 310 €/m²/an. En dehors de ces deux métropoles à l’offre neuve de grande qualité, #Bordeaux affiche 260 €/m²/ an sur #Euratlantique#Nantes à 250 €/m²/an sur la #HalledelaMadeleine dans le centre historique, 240 €/m²/an à Lille… A l’opposé, sur Tours ou Orléans, les meilleurs emplacements ne dépassent pas 150-160 €/m²/an.

Les loyers « prime » varient du simple au double en régions. © BNPRE

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout